[Glossaire] Carnet sur les monstres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Glossaire] Carnet sur les monstres.

Message  Coqualier le Ven 6 Jan - 16:59




"Sur ce carnet, apparaitra les informations sur les monstres rencontrés sur le voyage. J'y installerais des annotations de mon cru sur nos épopées et les difficultés rencontrés à l'approche de tels créateurs, afin que d'autres chasseurs ne soient pas prit au dépourvu. Prenez garde à vous, car il ne s'agit pas que de connaitre les méthodes de meurtre pour affronter une abération marqué par le Vice, mais de reconnaitre les signes d'avant-garde pour prévenir de ses assauts souvent trop meurtrier pour laisser un espoir de survivre.

Puissiez vous être prêt avant que l'ennemi ne le soit. "La connaissance prime à la témérité."


- Eïffy Dentelion."
avatar
Coqualier
Admin
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 23/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Glossaire] Carnet sur les monstres.

Message  Coqualier le Lun 9 Jan - 18:43

- Pour trouver des informations, je me référerais au Grimoire de la Main éthérée, ayant appartenu à la Sorcière Naeilda, héritière du conseillé Tibalt, mort brûlé par les flammes en voulant secourir le Dernier Roi d'une embuscade d'insurgés Satyre. En révélant ses pouvoirs aux gardes, il n'y avait plus d'autre choix pour le Roi, ce qui coïncide vraiment avec sa descente en flamme dans l'opinion du peuple - N'y voyez pas un mauvais jeu de mot. Quoi qu'il en soit, les propos de Tibalt et Naeilda portent des connaissances profonds du Mal, en tant que Sorciers, ils apprécient connaitre les conséquences de ce qu'ils manipulaient. Au moins, auriez vous une idée claire de ce que l'on peut rencontrer. Et avant que nous subissions ce genre d'horreur nous même. -



Les Avieillisards.





D'après le Grimoire de la Main éthérée :

Les Avieillisards sont des créatures rares. Du moins, pour les types d'entités que l'on est forcé de subir peut-être une fois dans nos vies. D'un aspect frêle, comme si leurs corps n'étaient fait que de fins membres osseux. Toutefois, ses mains sont remplacés par des griffes inquiétantes. Si elles peuvent surement tranchés ou pincer, ils s'en servent généralement pour la capture de leurs proies. Pâle, et secs, le pire n'étant pas les griffes ou le vague aspect d'un humanoïde fin et sinistre, mais plutôt leur visage. Ils n'ont ni yeux, ni bouche, ni nez, ni oreilles. Seulement des contours de rides comme un vieillard particulièrement âgé. Une telle vision ne peut pas être commune, et les personnes n'éprouvant de la peur se compte sur le doigt d'une main, comme la plus part des bêtes. Mais la peur étant précieuse, les rares personnes entraînés pour se défendre gardent encore leurs forces pour affronter de tels êtres.

Historiquement parlant, le premier Avieillisards n'aura pas été recensé, peut-être est-il même encore en vie dans notre époque actuelle, soit en 860 depuis la Lune noire. Mais ils sont apparut et plusieurs semblent avoir été vaincu depuis le Jour du Premier monstre. Rares sont les victimes de ce genre d'entité, ou peut-être certains ont été confondu avec des morts naturelles pour de simples inconnus. Au final, plusieurs cas ont pu être inspectés et étudiés par des serviteurs de la Main éthéré. Ainsi, ironiquement, peu furent vraiment effrayant car isolés et retrouvés aisément par les chasseurs. Faute de devoir trop se nourrir, ils attaquèrent plusieurs victimes pour rester existant. Ce qui fut une erreur fatale quand cela fut trop suspect, surtout dans les peuplades humaines. Faute de nombreuses présences elfiques, leurs proies favorites.

Les Avieillisards sont des nés-du-Vices. D'après les maraudeurs tourmentés - des sorciers chercheurs devenant souvent fou après leurs enquêtes, ils viennent de la frayeur des hommes concernant l'âge. Si le temps et sa crainte à fait naître de nombreux types de créatures affectés ou nés-du-Vices, les Avieillisards sont les plus communs car liés à la peur la plus banale et effroyable : La peur de mourir et la crainte de la vieillesse. Quittant rapidement l'endroit de leurs naissances, après quelques semaines à épuisés ses créateurs, il quitte le nid et voyage de nuit pour trouver des lieux isolés. Là-bas, ils dévorent les années des jeunes gens pour rester en vie, et faire naître des nouvelles frayeurs qui le renforcent. En général, ils trouvent des masures isolés, village perdu, et autres maisonnées peu protégées, et ils en font un garde-manger.


Force - Ils sont rapide, et ne se déplacent pas dans la cohérence de la réalité. C'est à dire que leurs mouvements peuvent paraître impossible et trop rapide. Leurs bras semblent faible, mais ils ont une grande force pour immobilisé ses proies, et peuvent disparaître en brume. Mais sa plus grande puissance réside en sa capacité à dévorer les années d'une personne, n'en laissant qu'un vieillard qui enchaînera ses années en quelques jours et périra seul et isolé.

Faiblesse - Comme tout né-du-Vice, ils craignent l'Argent et autres matériaux brisant les maléfices. Toutefois, ils possèdent différentes faiblesses liés à son état : Un vent violent les empêches de prendre forme, et les paralyses pendant plusieurs mois, voir année, le temps qu'il se reconstituent. Un Élixir des âges, potion d'alchimie rarissime usé par les anciennes forges Naines, peut être très utile voir mortel pour eux, les élixir créer de base pour accélérer l'âge de certains éléments de forge - et de la bière, connaissant l'amour nain pour l'alcool.

Situation vécue :

Il s'agissait de comprendre pourquoi un vieillard annonçant être un jeune homme de 19 ans ayant disparut en partant chasser quelques jours plus tôt. Cirus, dit le "Corbeau de Velia", n'entendait pas que ce soit un simple fou comme la garde s'occupait à penser en le frappant et le chassant vers la forêt. Se glissant dans son rôle inconsciemment, surement par le cœur de bien faire et suivit par Selyq, en gage de son serment et de son envie de bien faire, la difficulté fut bien différente qu'un maléfice d'un mortel ou qu'une intrigue bien humaine. La situation bascula lors de la découverte d'un second vieillard à un stade bien plus avancé, qui était jadis un enfant de 6 ans nommé Galius d'Abaln, venant d'Abaln dans le lointains désert. Ses parents voyageurs regrettèrent toute leur courte vie ce passage en Velia où ils furent tués plus tard en insistant un peu trop auprès des hommes du Goret pour retrouver son fils.

Attaqué par des loups, il n'était plus question de pouvoir sauver l'enfant condamné, sans faire apparaître les Gardiens du Domaine du chant. N'étant pas très fidèle, n'attendez pas de moi la prière, et les autres connaissaient la réalité : Achevé et enterrer par nos soins, c'était ça le labeur de ce genre de tâche sinistre, tout ça dans un hiver froid et gelé.

L'Avieillisards s'attaqua à une personne sur la grand route qui inspectait un passage vers une ferme, dans un instant que j'aurais jurer comprendre comme de la panique. Ou une préparation au festin. Cirus et Salyq n'entendant pas le laisser filer, mon frère eut de nombreuses années dévorés avant que l'elfe ne tranche le bras de la bête. Réflexion : Le bras fut tranché, mais revient aisément. Sans usage d'arme qualifié pour atteindre le vice, les entités se fichent des dégâts qui n'ont pas de cohérence dans la réalité obscure. Quand son bras fut tranché par Cirus, il n'était plus question qu'il revienne alors. Sous l'effort des deux combattants, l'Avieillisards fut empalé d'une lame en argent, et disparut. Sa mort, engendra le retour des années volés à leurs prédécesseurs, ainsi, Augustin autant que Cirus furent sauvés d'une fin en tant que vieux personnage fatigués.
avatar
Coqualier
Admin
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 23/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Glossaire] Carnet sur les monstres.

Message  Coqualier le Mer 18 Jan - 16:54

Les Polymorphes, ou Sylvain.


D’après les écrits « Sur la guerre des Impériaux », de Adrianus Spécifian :

La guerre de l’Empire Aeldien concerna grandement l’insoumission des Satyres dans les forêts des terres impériales. D’un héritage bien plus profond que celui des Hommes, l’histoire retient l’esclavagisme des Bravachi sur la race Satyre d’après les rares écrits des Nains. Refusant de gagner un nouveau maître les forçant à offrir leurs connaissances et la profonde culture Satyriique, les forces Aeldiennes ne se seraient pas arrêtés à quelques arbres pour massacrer les Satyres. Toutefois, l’Alchimie profonde d’une telle espèce permet des possibilités incroyables en tirant un peu des savoirs anciens. Certains y voient la marque des légendes sur la race ancienne, les S’crins. Pour ma part, si Adrianus était un optimiste, je tâcherais de dire : Attention aux spéculations. Parler de races anciennes n’est pas une mince affaire, d’autant que les mécanismes des Arbalètes ne sont toujours pas compris, alors parler création avec conscience est hasardeux.

Mais il est certains que les Sylv’Ain, ou « Peuple qui vient de la forêt » en Satyriique, n’ont pas été créer par une quelconque genèse naturelle. Ils sont le fruit d’une alchimie antique et furent les gardiens des enclaves Satyre. Si ce n’était pas par une force intense, ils étaient doués par l’adaptabilité pour trouver des cachettes, menés des embuscades, effrayés l’ennemi sous des formes obscures ou faire de l’infiltration. C’est l’une des rares raisons de la survie des enclaves face aux légionnaires. Ainsi, durant une centaine d’année, des êtres naissaient pour être sacrifiés aux conflits guerriers. Cela stabilisa la situation et empêcha les enclaves principales de tomber, mais à un prix plutôt sinistre : La conscience des responsables et la colère des nés pour la guerre. Après la chute de l’Empire, les Sylv’Ain restèrent sous le joug Satyre avant de commencer leurs propres révoltes. Craignant que cela finisse comme avec les Bravachi, presque neuf cent en plus tôt, ils furent libérés avec un petit rire discret. Qui accepterait de tels choses en ce monde ?

Personne, mais il n’y à pas besoin aux autres de savoir qu’ils coopèrent avec de tels êtres. Ce sont devenu des citoyens de différentes cultures bien intégrés, la plus part ayant le même visage : Un homme chauve avec un collier de barbe. Certains peuple comme les Hommes n’eurent même pas à chercher plus loin que croire que « Sylvain » devait être un nom commun pour des gens simples. Finalement, la plus part purent se mettre à vivre comme les autres, d’après leurs propres caractères. Si ce ne sont pas des monstres affectés par le Vice, il est aisé de penser que des esprits conscients nés de l’alchimie peuvent avoir un avantage intéressant et terrible. Si il est possible qu’ils ne génèrent pas de Vice, ils devraient pouvoir être affectés par le Vice comme une potion ou un arbre. Je déconseille de faire une expérience à ce sujet.


Force - Ils peuvent se transformer en de nombreuses types d’entités, humanoïdes à des simili-végétaux. Ainsi que faire de leurs peaux des habits. L’infiltration et un courage parfois aveugle reste leurs qualités. Mais ils ne peuvent pas intégrés les capacités de combats naturelles aux espèces qu’ils imites. Ce qui donne un potentiel énorme mais pas instantané. Comme tout, il faut s’entraîner.

Faiblesse – Sans être nés-du-Vice, ils ne craignent pas l’argent ou autres métaux réactifs. Du moins, si, ils craignent une arme en argent qui pourrait trancher un homme comme le ferait une épée en acier. Leurs faiblesses sont donc tout à fait mortelles. On peut, d’après les thèses d’Adrianus, les paralysés en leur faisant ingérés une potion de morphose quelconque. Celles ci étant extrêmement rares, seul deux ou trois Loup Noir peuvent en faire dans le monde, à ce que j’en sais.

Situation vécue :

La rencontre envers deux Sylv’Ain furent dans l’un des domaines qu’ils adorent ironiquement. L’humour. Le contexte était un pari ridicule où l’un devait réussir à faire peur à l’autre, ce qui aurait pu se conclure sur un odieux massacre des deux frères. Premièrement, quand l’un nous engagea pour retrouver l’autre dans une grotte isolée au large de Velia. Ce qui n’était déjà pas une situation très agréable. S’en suivit du fait qu’après l’avoir retrouver, celui ci s’était transformé en créature qui nous ait complètement inconnue ( Comment, bon sang, à t’il pu se transformer en tel être ? Est-ce une créature qui existe ? Tant de questions… ) Mais devant sa passivité, sans nous attaquer, les autres comprirent que ce n’était pas une entité néfaste, mais gardèrent la surprise de faire la première rencontre avec un Polymorphe et une transformation aussi écœurante que possible.

Toutefois, ayant trouver sa cachette dans l’antre d’un Ours des charniers, celui ci aura gravement blessé son frère – mortellement même, si il n’avait pas une bonne constitution et une aide rapide, en lui arrachant un bras. Ainsi, nous fûmes la rencontre avant tout de la bêtise des Sylv’Ain avant d’eux même, mais au moins, cela ne se sera pas achevé dans un bain de sang.
avatar
Coqualier
Admin
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 23/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Glossaire] Carnet sur les monstres.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum