[Glossaire] Carnet sur les peuples.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Glossaire] Carnet sur les peuples.

Message  Coqualier le Ven 6 Jan - 17:06




"Car il ne s'agit pas de connaitre les uniques traits de caractéristiques des monstres, mais aussi de leurs prédécesseurs : Les races mortelles qui peuple notre vaste monde sans nom. Les royaumes sont typiquement humains, mais nous gardons encore des clans, des tribus ou des familles de nombreuses races différentes plus ou moins bien considérer dans le schéma des relations et des rumeurs.

Ironiquement, les elfes sont en général bien plus craint que les autres, et les géants qui pourraient être des dangers meurtriers, sont vu avec un regard commercial : Suffisament benet et dûpes pour être utilisés aisés. Et ce en passant par les orcs, gobelins, et autres personnalités ayant eut la relative chance de naitre différent dans une époque sombre et prompt aux injustices - Quoi qu'il ne me semble pas avoir connu une époque de lumière dans notre histoire.

Comprendre pourquoi on en arrive là, c'est avoir une première arme pour en finir. "Le savoir arme le brave qui se sacrifie."


- Eïffy Dentelion."
avatar
Coqualier
Admin
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 23/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Glossaire] Carnet sur les peuples.

Message  Coqualier le Sam 7 Jan - 1:06

Les Gnomes.



"J'ai toujours été fascinée par les peuples de petite taille. Non pas pour leurs capacités ou leurs passifs, car si ce n'est les réussites des clans Nains à travers l'histoire, le reste n'est que peu glorieux. Les gnomes par exemple, sont la base même d'un peuple ne possédant pas beaucoup de chance à la naissance. Si ce n'était qu'un défaut physique comblé par un héritage du passé, mais la nature et le temps n'offre pas toujours récompense à ceux qui vivent avec un tel fardeau. La vérité est partagé dans la plus part des cultures : Les Gnomes sont des menteurs, petits, fragiles, et insuffisant dans la plus part des tâches. Ainsi donc, ils font des piètres soldats, marchands - personne ne leurs faisant confiances - et ouvriers. Toutefois, nous ne pouvons pas nous arrêtés à une vaste généralité qui de nos jours est grandement partager. Si une partie vivent en clan aux abords des villes humaines ou des enclaves Satyres, une autre s'adapte. Jardinier, bouffon, et autres rôles leurs incombe. Pour certains, ils eurent même le titre de "Héro".

Physiquement, les gnomes vont de 1m10 à 1m50. Les plus grands étant de la taille d'un Nain. Les mâles sont en général plutôt laid et leurs physiques, même à 12 ans, leurs font ressemblé à des minuscules vieillards. Rares possèdes un brève beauté et sont vite rattrapés par les âges, et pourraient vivre environs 40 ans. Et 70 pour les membres des castes nobles. D'après les médecins les plus entraînés - ce qui devint une rumeur populaire. Prendre soin d'un gnome chaque jour, et il ne pourra jamais mourir de vieillesse. Les femmes elles possèdent des attraits plus sympathiques, et sont généralement mieux traités. Déjà, parce qu'elles possèdent une chevelure, mais leurs physiques corporels ne sont que peu différents de ceux des mâles. Dans la mentalité gnome, il existe une sorte de complicité de la femme s'occupant du vieil homme, aussi ne sont-elles généralement pas attirés physiquement mais mentalement.

Pour en revenir à leurs origines, les gnomes ne furent pas l'une des races anciennes. C'est en partie la raison pour laquelle ils sont encore des nôtres, c'est que les premiers gnomes ont été découvert dans une vallée isolée entres des montagnes perdues dans le sud. Profitant de terres fertiles et d'une grande rivière d'eau pure. Sur trois milles Gnomes, seulement deux cents survécurent à l'invasion de la vallée qui devint le domaine du Seigneur Kaenukal, un des nobles des terres centrales. Dont les héritiers continuent de prospérer malgré des tentatives de vengeances de gnomes isolés, et des attaques de Piquârd des Monts - Des oiseaux dangereux et nombreux. Cela date maintenant d'il y à 58 ans seulement, mais les hommes se souvenant d'une telle époque se compte sur les doigts d'une main.

Ainsi, si nous ne savons rien des origines des gnomes - Et eux n'en savent rien non plus, la calligraphie et l'importance de l'histoire est une valeur qui leur échappe. Nous savons au moins depuis quand ils ont été intégrés aux autres cultures. Les gnomes se sont divisés en différentes confréries portant leurs valeurs qui s'installèrent dans les domaines humains. La confrérie du Bijou, du Fruit et de la Danse. Les trois valeurs principales qui les passionnes. Les bijoux gnomes n'étant pas fameux, ils furent rapidement délaissés alors que la dernière caste se trouve en Ydrimild. Le dernier bastion Nain ayant survécu au courroux de Grim. - D'après un marchand de passage, ils ne sont toujours pas suffisamment doué pour avoir une place dans la société. Mais les deux autres sont bien plus importants.

La confrérie du Fruit sait apporter des méthodes rapides et correct pour acquérir les dites denrées dans les fermes, ayant déjà résolu deux soucis de famines dans le domaine du Seigneur Barrow, un homme juste, aux confins Est menant aux contrées lointaines. Ainsi, elle fut éparpillée en divers castes qui furent plus ou moins bien accueillit pendant une vingtaine d'année. Mais l'humanité étant ce qu'elle est, seul quelques rares castes survécurent aux préceptes des religions mettant en garde vis à vis la coopération avec les Non-hommes. Si les Gnomes n'étaient pas les êtres les plus mystiques et magiques, ils furent quand même repoussés dans certains lieux. Ne pouvant survivre aux bêtes sauvages, notamment aux loups bruns du Centre raffolant de leurs chairs. Des milliers de Gnomes en furent victimes une fois de plus.

Soit dans les contrées encore ouvertes, soit éparpillés, mais la confrérie de la Danse elle fut installée en caste élitiste auprès de la noblesse humaine. Ainsi, ils devinrent les enseignants des danses de bals et autres exotismes recherchés par quelques bourgeoises et dames envieuses de changer un peu d'air. Certains devinrent vagabond, mais leurs destins restèrent rarement que des gnomes de danses dans les tavernes joyeuses. Souvent, ils périssaient, ou devenaient bien plus qu'avant. La légende garde en tête le Gnome Alakain Graingosier "le Fol". Un danseur qui sauva une ferme d'une aberration dont on ne retient rien que le fait qu'elle soit terrifiante. Son nom se grava encore dans d'autres histoires, sans jamais le retrouver, en faisant peut-être l'unique gnome devenu un chasseur de monstre. Si il est encore en vie de nos jours.

Terow Graincharnier, hérita lui du titre "du Dévasté" après avoir été sauvé par les elfes dans l'Est. Une partie de son visage fut transmutés à des chairs créer par l'alchimie après avoir été gravement blessé par un guerrier de Volsk lors des guerres du Nord. Il devint l'un des rares gnomes soldat aux côtés de Cirmo de Belleville, ayant survécu aux conflits. On dit de lui qu'il continue de servir de nos jours. Cela est un bonne exemple que malgré leurs défauts et les rares avantages, ils sont clairement sous-estimés et souvent utilisés pour des basses-besognes ne demandant que peu d'efforts physiques. Toutefois, certains peuvent être étonnant et leurs physiques peuvent être améliorés par des efforts réguliers, mais comme tout bon combattant, c'est la ruse qui en font des combattants ou autres hommes des lettres. Et non pas les muscles.

De nos jours, l'on peut retrouver des gnomes isolés un peu partout. Bien plus rares que les gobelins, apparut lors de la lueur de Gulbrud - dont je devrais faire un détail important sur cet événement grave des chaînes montagneuses séparant les terres centrales aux forêts de Loäld. Ils sont toutefois une meilleure compagnie et plus brave que les petits êtres verts. N'hésitez pas à leurs faire confiance, pour une très bonne raison qui est un atout considérable sur tout leurs fardeaux : Jamais aucunes des monstruosités nés de l'ombres ne sont nés d'un Gnome. Qui sait si la race est si pure, que le Vice ne l'atteins pas, mais pour l'instant. Nous n'avons aucuns exemples, ce qui devrait nous faire enquêter plus grandement sur les racines de ce peuple. J'aimerais un jour partir en expédition dans les ruines cachées dans le domaine de Kaenukal. Si toutefois je trouve des braves suffisamment hardi pour se tailler un chemin en subissant la faim des Pîquards des Monts."
avatar
Coqualier
Admin
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 23/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Glossaire] Carnet sur les peuples.

Message  Coqualier le Sam 7 Jan - 13:12

Les Hommes du Centre.



"Que dire sur l'un des peuples les plus présents sur les différentes contrées de ce Monde sans nom dans lequel nous vivons ? Beaucoup de chose, surement car contrairement aux gnomes dont l'histoire débute par un massacre de la part d'un Seigneur sanguinaire, nous en savons bien plus. Ainsi, on ne peut pas considérer les hommes du centre comme une race ancienne. Les hommes tout court d'ailleurs - Ou peut-être une humanité disparue à l'aube des âges. Mais les premières tribus, et les clans, furent les ancêtres de ceux dont je vais vous parler. Pourquoi ne pas avoir commencer par la majorité du Peuple que vous rencontrerez même dans les étendus enneigés de Volsk, jusqu'aux îles éparpillés du Sang de l'Ouest ? Bonne question, surement parce que je m'amusais bien à repenser aux semi-hommes dont j'aimerais apprendre plus sur la naissance d'un tel peuple - surtout car ils résistent remarquablement bien aux effets néfastes de la présence du Vice.

Tout débute en 68, dans la fin de l'époque de la Lune noire. Première période de l'histoire dont je parlerais dans mon livre sur les événements historiques. Notamment car la chronologie vous sera très importante pour comprendre comment l'on situe la naissance de notre monde actuelle, et le déclin des races anciennes. La Lune noire s'achèvera avec la disparition de la plus part des peuples, ainsi que de leurs cités. Sur les plaines d'Aeld où sera installée la citée du même nom, naquit les premiers hommes qui errèrent à travers le monde pour fonder les civilisations que l'on connait de nos jours. Les historiens sont mitigés, et les scientifiques crient au scandale dans l'idée que nous pourrions venir de nulles part. Le Clergé de L'épée glorieux lui, répète régulièrement que nous avons été attirés par le divin Juste jusqu'à cette terre pour y bâtir les forteresses de la foi en Son Nom. Pour ma part, ayant eue une éducation plus pragmatique, je dirais que cela possède un lien étroit avec le destin de nos prédécesseurs antiques. Mais ce n'est là que de la pure spéculation.

Concernant le physique des hommes du centre, ils sont des êtres qui ont installé les bases de la "banalité mondiale." Généralement, ils font entres 1m60 et 1m80, et seuls quelques rares exceptions peuvent être plus grand que cela, comme Sirius Dentelion. Une peau légèrement bronzée, et des cheveux souvent brun ou roux, ils ne sont généralement que peu charismatique, si ce n'est les personnalités bien traités par leurs domestiques. Jouant plutôt du muscle ou d'une verve grossière pour plaire, c'est un point commun qu'ils partagent avec les hommes de Volsk. Si il est rare de confondre un homme du centre avec un vivant en Volsk, ou dans les contrées lointaines - ou plus rare exception, un homme venant des forêts de Loäld auprès des enclaves satyres. Ils ont beaucoup de point commun avec les marins des mers du Sang de l'Ouest. Si ce n'est peut-être la taille.

Mais c'est dans l'histoire que l'on retrouve le plus d’intérêt dans ce peuple, car celui ci marqua des tournants dans le destin de plusieurs peuples mais aussi dans la stabilité du monde. Si un Seigneur est responsable du massacre des Gnomes dans leur vallée perdue, ils portent des réussites plus glorieuses. Négociant habile et diplomate consciencieux, que ce soit par des armées structures ou des offres alléchantes, ils servirent de rempart aux expéditions des un et des autres pour piller et tuer. Notamment en pacifiant les Pirates des côtes Ouest, ou en convainquant les Orcs de ne pas levé une force de frappe terrible pour partir en guerre dans les contrées lointaines, et assaillir les rares domaines elfiques isolés. Si l'histoire parle de traité de paix, et des chants des anges autours d'un homme porteur de lumière tendant une main gracieuse vers le non-humain colérique. Personne n'est dupe à la réalité : Leurs réussites est surtout due aux assassinats et aux menaces vicieuses, comme un couteau sous la gorge des plus malléables.

Le Dernier Roi, Krain de Tristaër, fut tué lors de la révolte des Sans-pain en 865. Si l'histoire mérite une page entière de mon livre sur les événements historiques, les Sans-pain étaient un cumul de Seigneuries et de paysans abandonnés par le Roi surnommé "L'épuisé". Bien que pendu pour la forme, le Roi était déjà mort quand il fut retrouvé sur son trône dans le château de Tristaër. Tel un vieillard pâle et morne qui n'avait pas donner signe de vie depuis sept ans, la question étant : Comment avait-il provoquer autant de soucis pour que la populace soit affamée et maltraitée, alors qu'il était mort ? La solution était plus simple pour ceux l'ayant soutiré du trône, car les médecins et penseurs avaient soit fuit les terres du centre, soit été tué sous ordre royal. Mais pour ceux qui seront amenés à lire mes textes, la question reste en suspend. Une créature reste t-elle responsable du déclin de la dernière lignée royale du centre ? Peut-être un jour, nous aurons la réponse.

Depuis, l'avenir de l'humanité est mitigé. Si certains sont heureux d'une telle situation, d'autres subissent les caprices des Seigneurs dirigeant leurs terres d'une main avide et cruelle. Mais il est aisé toutefois de cité les nombreuses personnalités et êtres héroïques venant du Centre, comme le Seigneur Cirmo de Belleville, ou encore le grand Intendant Davian dont la légende lui donne le crédit d'avoir balancer une pierre dans l’œil d'un géant désireux de mettre main basse sur un paisible ville, le faisant chuter sur la plus part de ses séides - Quoi que l'on y trouvera la, la marque d'une chance presque insultante. Mais si les religieux et les héros du peuple sont nombreux, il est une vérité plus sinistre encore sur ce peuple ayant survécu à neuf siècle de peine et d'ennui.

Plusieurs historiens critiqués et chasseurs s'accordent à penser que les Premiers-nés du Vice viennent des hommes du centre. Surement en qualité de premier peuple depuis l'événement de la Lune noire en l'an 0, mais si l'attirance et les résultats du Vice peuvent être aperçu dans les ombres des chaumières les plus tranquilles jusqu'aux antiques ruines elfiques, ce sont les peuples les plus cruels et miséreux qui sont souvent responsables de la naissance de leurs propres bourreaux. Je le souligne : Aucun peuple n'est vraiment conscient de la dangerosité des créatures du Vice. Si c'est un nom commun usé par la Religion
- notamment par la Chevalerie du Dieu-Glacial - les gens normaux voient le Vice comme un moyen de pression fantastique que nous irons rejoindre si nous ne sommes pas sage dans nos vies. Du reste, fantômes, morts relevés, et autres bêtes impures ne sont que des images sur des textes destinés à faire peur aux marmots pour qu'ils finissent leurs soupes. Ironique, si ses mêmes gamins sont dévorés par quelque chose de véridique traînant sous leur lit - Note à moi même, faire une enquête sérieuse sur ce genre de cas déjà découvert dans des villages perdu.

Pour résumé, ne faites pas confiance aux hommes du Centre quand ils ont l'air soucieux de parler de quelque chose d'anormal. Ils mentiront généralement si ils ont vue une créature rôder ou même si ils ont un lien avec. Ils préfèrent s'échapper de ce genre de réalité pour se plonger dans la Foi d'une des religions. Méfié vous, car de nature, ils pourraient s'attaquer à trop curieux ou trop étrange à leurs goûts. Pire encore si vous faites usage de magie. Les hommes du centre ne sont pas les pires, mais ils n'apprécient vraiment pas les non-humains. Si les Géants ont une place de benêt utile, ou les gobelins comme de la vermine ouvrière peu cher, mais seront soucieux du reste. Je le répète dans le doute. Devant eux, gardés vos capacités douteuses, l'épée reste la meilleure solution. Après toute, une huile infusée de ce que craint votre adversaire, ou un métal spécifique comme l'argent, l'or, l'orichalque et autres, sera bien plus efficace que de balancer une poudre enflammée et se faire pendre pour sorcellerie."
avatar
Coqualier
Admin
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 23/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Glossaire] Carnet sur les peuples.

Message  Coqualier le Mer 25 Jan - 19:33

Les Hommes de Volsk.



« Le Royaume de Volsk est le premier véritable royaume humain dirigé par un seul blason et un seul monarque. Les terres centrales restent encore de nos jours un amas de différents seigneurs et gestionnaires avides, bien qu’ayant passé par divers périodes très courte ou plus longue comme l’Empire Aeldien, où les terres centrales furent dirigés par un seul gouvernement. C’est donc environs 80 années après la naissance de l’humanité dans les plaines d’Aeld, que les colons du nord fondèrent leur propre royaume qui n’était pas plus grand que quelques plaines et deux villages. Désormais, c’est une vaste terre nordique où les toundras sont habités, les montagnes visités, et des citées installées. Ce fut la naissance d’une force militaire grandissante, inquiétante, mais aux coutumes profondes. Mais cela mérite des détails clairs, si il y à la chronologie pour vous apprendre ce qu’ils ont fait plus tard, comprenons donc qui sont-ils vraiment.

Hirnheimdal Volskan, héraut de la paix des colons du nord, était un grand héro humain de l’époque, refusa pendant longtemps les représailles envers le Seigneur Corantin d’Amon. Amon, une citée du centre non loin de la Frontière rouge – ce qui réduit grandement la taille de son fief qui vu ravagée par la guerre, ne cessait de piller les territoires du nord et se servir des colons comme esclave, malgré les avertissements des autres Seigneurs. Mais personne ne voulait entrer en guerre totale, dans la crainte de ce qui pourrait advenir d’eux. Une guerre dévorant leurs ressources, les terres. Leurs vies. Mais quand une execution publique eut lieu, montrant des parents, des frères, des enfants, des maris, auprès des esclaves insoumis, en train d’être décapités les plus après les autres. Ce fut la goutte de trop.

Volskan apparut après la 24ème tête coupée, la 25ème fut celle du bourreau. Il était venu avec sa meute, les «Loups de Heim » en référence au mont de Heim, aux abords d’Hiveral, dont on dit que sa pointe sera aux portes de l’Outre monde.  Ce fut le début d’un conflit de sept mois, sans que l’histoire ne le retienne spécifiquement à cause de son intense violence qui fera naître la « Frontière rouge » entre le futur de Volsk et la grandeur du centre. Amon fut brûlée, et Corantin eut la tête planté sur une pique, levé par Hirnheimdal lui même, aux yeux des miliciens du Fief. Il déclara la venue du Royaume des Loups, qui devient plus tard le « Royaume de Volsk », 48 ans après sa mort quand il fut sanctifiés dans les légendes du Dieu-Glacé. Les Volskars étendirent les frontières sans avoir besoin de la guerre, bien que ce fut un conflit théologique et politique, dans un paix fragile menée de plusieurs escarmouches  entres nobles et seigneurs, qui dura jusqu’à la fin de l’Empire Aeldien. Hirnheimdal fut tué en affrontant le Champion de « Shigma », qui disparut avec son corps, sans que l’on ne le retrouve jamais.

La création du Dieu-Glacé fut un panthéon culturellement très impliqué dans le respect des aïeuls, des ancêtres et autres esprits du passé. Il est dit que le premier des hommes fut perdu dans les montagnes, après avoir sauvé le Seul Dragon, et fini enchâssé au cœur de Heim pour y veiller sur ses fils à jamais. Bien entendu, ce ne sont que des légendes, mais il restera éternellement l’intrigue de ce « Seul Dragon », qui s’approcherait de la culture des Astaeris qui ne furent découvert par les hommes que trois cents en plus tard. Peut-on croire que les Volskars aient rencontré un jour un véritable Dragon ? Difficile à dire. Mais le Dieu-Glacé ne serait pas l’héroïque Volskan mais bien une entité supérieur qui attends tout les guerriers dans l’Outre monde. Le Heimvarfen. Il est protecteur des faibles et prétend qu’une vie saine se fait dans le labeur et le courage. Qu’il faut rire, chanter, et ses bénédictions se font dans les banquets et pas dans la prière. L’honneur et le respect, doit être rendu au combat comme auprès de ses frères. Ainsi, l’Hiver ne sera que moins rude pour les citoyens du royaume. Et les meilleurs guerriers deviendront Kriegvolsk. Dans la guerre éternelle.

Physiquement parlant, les hommes du nord sont généralement roux ou blond. Des yeux bleus glacés, et des statures fière et musclés. Ils sont les hommes les plus grand de ce vaste monde, entre 1m90 et 2m10. Généralement, les conditions de leurs vies les laisses devenir musculeux et endurant. Toutefois, l’évolution du Royaume aura rendu certaines vies bien plus simples, notamment à Hiveral ou à Froidmanteau. Seule Porte des neiges reste très rustique, mais ils ont tous une particularité : Ils ne craignent pas le froid. Trop présent depuis des siècles, ils ont appris à vivre et à survivre aux tempêtes de neige. Ce sont des hommes nés pour devenir des champions guerriers, et peuvent clairement résisté aux Orcs – Dont les expéditions n’ont jamais apportés de conflits en Volsk. En général, ils apprécient les tresses et les rouflaquettes. Maintenant qu’ils sont civilisés, presque plus que les terres du centre, ils ne se tatouent plus autant qu’avant.

La culture des Volskar est faites de rite simple et de banquet. Ils considèrent le sexe comme une notion qui n’a pas sa place dans une bagarre. Un coup de poing est un coup de poing. Ainsi, les femmes de Volsk sont souvent en politique et à la guerre. Ils détestent l’esclavagisme, depuis la naissance du Royaume, et libèrent généralement les prisonniers en les bannissant de leurs villes. « Forge toi dans les plaines et les forêts. Ou soit puni par ta faiblesse. » Tel est le dicton de tels guerriers. Plusieurs Loups noir viennent de Volsk, mais ont ce que l’on nomme des « Druides », possédant des connaissances Satyriiques des créations de potions et de baumes. Ils sont les émissaires et les sages de ce peuple, généralement vivant en ermite et appréciant peu les visiteurs qui n’aient pas un cœur pur.  Ils s’établissent autours de Jarl, équivalent des Seigneurs du Centre, mais eux répondent tous au Roi du Trône des neiges. Actuellement, il s’agit d’Eignar Norulfsson. Le pourfendeur sanglant.

En conclusion, si vous devez affrontés un Volskar, faite le avec suffisamment de préparation. Mais respectez les, et ils feront de vous vos amis, toutefois, le règne actuelle de Norulfsson les rends plus hostiles. Peut-être le Royaume du nord va t’il finir par devenir hostile ? Le temps nous le dira. »
avatar
Coqualier
Admin
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 23/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Glossaire] Carnet sur les peuples.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum